Title Background

Blogue

Ferme-la et ouvre-les! – EXPANSION

Expansion d'article

Je suis le centre de l’Univers!

Ce que j’ai à raconter est toujours super intéressant… en tout cas, ça l’est plus que les bêtises que les autres ont à dire. J’essaie d’en mettre plein la vue pour qu’on ait toujours envie d’entendre mes histoires. Après tout, pour intéresser mon public, il faut bien que je trouve quelque chose d’original et de spectaculaire à dire! C’est bien ça que tu penses, pas vrai?

Mauvaise nouvelle : pour la personne à qui tu parles, le sujet le plus intéressant, tu sais ce que c’est? Elle-même. Pas ta nouvelle Ferrari. Encore moins le fait que tu viens de gagner des millions de dollars à la loterie. Et même pas le voyage que tu prévois faire sur la Lune.

Le sujet préféré de chaque personne, c’est elle. Elle! Eh oui! tu passes tout ton temps à te creuser la tête pour trouver quelque chose d’intéressant à dire, alors que ton meilleur sujet de conversation, il est devant toi.

Évidemment, tu préfères rendre visite à ta belle-mère plutôt que d’accepter ça. Après tout, qu’est-ce qui peut être plus intéressant que ce que tu vis? Pour toi, rien n’est plus intéressant. Mais pour l’autre, c’est son nombril qui compte, pas le tien.

Résultat : tu prépares la fabuleuse histoire que tu vas raconter en attendant que l’autre ait fini de parler. Donc évidemment, tu n’écoutes pas vraiment ce qu’il dit : tu l’entends… comme un bruit de fond. Et tu as tellement hâte que ça arrête de te casser les oreilles pour enfin pouvoir l’épater avec tes histoires!

Le problème, c’est que si tu n’écoutes pas vraiment l’autre, il le sent. Comme il n’a pas l’impression d’être écouté, il continue à parler. Et toi, tu continues à te battre pour entrer dans la conversation, mais évidemment, l’autre ne t’écoute pas plus. Ça devient vite un vrai dialogue de sourds. Pas étonnant qu’il y ait autant de problèmes de communication dans le monde!

Bonne nouvelle : comme c’est souvent le cas, la nature te donne la solution. Si le castor a de longues dents et une queue plate, ce n’est pas pour faire joli, mais pour couper des arbres et construire son barrage. Et si l’ours polaire a une fourrure épaisse, ce n’est pas non plus pour faire joli, mais pour se protéger du froid. Tu te demandes en quoi ça te concerne?

C’est très simple : as-tu déjà remarqué que tu as une seule bouche, mais deux oreilles? Et si c’était pour te faire comprendre qu’il faut que tu écoutes deux fois plus que tu parles? Je sais que ça ne semble pas très cool, mais si on regardait les avantages de cette stratégie?

Premièrement, tu apprends plus en écoutant qu’en parlant. Même si tu viens de la planète Mars, tu ne peux rien changer à ça. Tu sais déjà tout ce qu’il y a à savoir sur toi, mais l’autre pourrait t’apprendre un ou deux trucs intéressants sur lui. Et c’est plus facile en écoutant qu’en parlant, pas vrai?

En plus, tu ne peux pas remplir quelque chose qui est déjà plein. Si l’autre a la tête pleine d’idées, il faut qu’il la vide avant d’y mettre les tiennes. Traduction : on s’intéresse plus facilement aux autres quand on a l’impression de pouvoir dire ce qu’on a à dire. Alors laisse l’autre vider son sac : ça va créer de l’espace pour tout ce que tu as à raconter.

Finalement, et c’est le plus rigolo, on cherche avant tout à plaire aux autres. Tout le monde est comme ça. Et tu sais maintenant que ce qui intéresse le plus l’autre, c’est lui. Alors si tu l’écoutes, tu l’intéresses, car la conversation porte sur lui. En prime, tu économises ta salive! Et si tu ne peux vraiment pas t’empêcher de parler, au moins, pose-lui des questions sur ce qu’il te dit. Résultat garanti!

Bref, pour être intéressant, il faut surtout écouter. Ça paraît bizarre, mais c’est la vérité. Et si l’autre ne veut pas t’écouter à son tour, dis-toi que tu y gagnes quand même quelque chose. Eh oui! tu apprends des choses. En plus, tu évites de gaspiller de l’énergie à parler à quelqu’un qui n’est pas intéressé. Et surtout, tu te fais un admirateur, qui te trouve intéressant… parce que tu l’écoutes.

Ce qu’il faut comprendre dans tout ça, c’est que l’autre a besoin de ta présence. Et ça va plus loin que de simplement être à côté de lui à le regarder comme un zombie pour lui donner l’impression que tu t’intéresses à ce qu’il dit.

C’est une personne que tu as devant toi. Un être plein d’émotions qui t’offre ce qu’il a de plus précieux en dedans. Prends soin de ce trésor-là… pendant que tu le peux. Sois vraiment là pour la personne qui te parle. Écoute-la avec toute l’attention dont tu es capable. C’est en faisant ça que tu vas pouvoir avoir un vrai contact avec les autres.

Et si tu as l’impression que ça ne te mène nulle part, dis-toi que c’est beaucoup mieux que de parler tout seul en ayant l’impression d’être le nombril du monde.

Rappelle-toi : les gens ont besoin de ta présence, donc prends bien soin d’être vraiment attentif à ce qu’ils te disent!

***

Tu as aimé cette expansion d’article? Procure-toi l’expansion du livre 1 + 1 = 1 : formule du bonheur!

Rendez-vous au début du mois prochain avec le blogue!

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Témoignages